5 février 2023

27 janvier 2023

Océan

 

    J'ai rencontré Pascal, un breton.
    Nous avons longuement parlé. De tout, de rien. De la Bretagne évidemment.
    Il m'a dit: 
    Là-bas quand on s'ennuie, on va voir la mer. Il s'y passe toujours quelque chose.
    Entre terre et ciel. Entre regard et météo.
    Dans sa jeunesse, Pascal a officié comme mécano sur un pêcheur.
    Une part et demi.
    Le boss avait deux parts. Le marin une part. Le mousse une demi-part.
    L'homme à terre,
                une demi-part.
    C'est ainsi qu'avant on partageait le bénéfice de la marée.
    Un boulot dur.
    L'hiver en mer du nord, 60 degrés d'écart entre la salle des machines et le pont.
    Parfois des creux de huit mètres.
    Tout le monde dégueulait, même les plus endurcis.
    Et puis la peur de la panne. En tempête il faut de la propulsion, sinon...
    
    Bleu. Le ciel bleu repousse. Toujours.
    Pascal portait des chemises impeccables. Et une petite croix de bois.
    Moi j'étais jardinier.
    Nous avons trinqué à la pérennité du monde.


Cliquer sur l'image.

25 janvier 2023

Présence




– Mais il n'y a personne sur la photo...
– Crois-tu.

22 janvier 2023

Sagesse


photo Arthur Tress

19 janvier 2023

Séquence collages


Déborah Stevenson (... la belle et la bête)


Beth Hoeckel (... La mort en vacances)
 

C'est moi qui titre, mais bien sûr on pourra trouver autre chose à sa guise.
Retour de ces "séquences collages", qui font honneur à cet art décalé.

15 janvier 2023

Les paquerettes




Mon ombre aussi
est au meilleur de sa forme
matin de printemps
                                        Issa

11 janvier 2023

Evangile


    Reposant sur le flanc les pattes encordées
    la bête saigne encore par ses yeux grands ouverts
    de l'eau de source et des fougères

    Mais voilà que la mort nous fait signe de nous taire
    car la bête a bougé
    car la bête se délivre et d'un coup de reins solide
    se redresse et fait front

    Demain c'était hier on la verra partout
    gracieuse dans un sous-bois
    ou sautant d'un bond la route

    Ici pourtant chez les chasseurs on se rassure
    la chambre froide est collective et de marque allemande


photo Eric Poitevin

Poème ayant déjà fait l'objet d'un billet il y a quelques années.

6 janvier 2023

Conjonction

 


Un nuage, un oiseau, un avion, un soleil...

3 janvier 2023

Dédicace


    À la lenteur des éléphants
    à la vanille des orchidées
    aux vitres embuées
    des capitaines Némo   
    
    à la fatigue du concertiste
    à l'arbre en fleurs sur son rocher
    aux anges facétieux
    qui se nourrissent de nos peines
   
    aux ronds dans l'eau
    à l'aube
    au crépuscule
    à la mémoire du futur

    à la dernière panthère
    au dernier scarabée
    au dernier feu d'enfant
    sur le dernier des terrains vagues

        ce poème


    photo Barbara et Michael Leisgen