POÈMES

                                        


            Qu'aurai-je vu aujourd'hui
            qui ne soit pas violence
            angle vif ou désir puéril
            
            Les moineaux près du banc
            qui d'un œil égyptien
            lorgnaient sur mon kébab
            
            Le ciel
            bien au dessus des rues
            inutile et pourtant toujours là
            
            La façade en lambeau
            d'un ancien cinéma
            
            (Les carottes fraîches, Décharge/Polder)                                                            

                                             

  



            Tes mots ce matin-là
            fulgurants
            j'ai acheté des carottes fraîches
        
            Comme le sommet d'un jour
            que tu venais d'atteindre
        
            Ces carottes fraîches que j'ai vu
            atterrir sur la table
            en pur état de la couleur
            dans la conscience
        
            dans le si peu de temps
            qu'il nous restait à vivre
            à nous aimer à ne rien faire
            sinon les cuire

            (Les carottes fraîches, Décharge/Polder)





    Ce matin-là n'a pas de nom
    pas de métier plus de papiers
    d'identité ton pull over
    attend son buste sur une chaise

    dehors la rosée blanche
    résiste à l'ombre
    le café passe
    plus lentement que d'habitude

    Bouddha se gratte l'oreille
    plus rien de lourd désormais
    ne tombera du ciel





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire