mardi 19 septembre 2017

Érection


On n'est pas sérieux, même quand on n'a plus dix-sept ans! (salut Arthur).

photo L.D

Au delà du symbole, un jeu d'équilibre...

samedi 16 septembre 2017

Et vive la permaculture


Petit retour sur la colombe et le faucon, avec le plus court poème de cette anthologie dirigée par Bernard Lorraine.

                              LA PAIX

        Fleurs sans fusils
        Dans les champs sans horreur
        Chansons d'abeilles
        Sans tremblements de peur.

                  Edmond Dune


photo L.D

Quant à la permaculture annoncée dans le titre, elle me semble tout à fait synonyme de paix, voire de poésie. C'est un sujet qui m'occupe beaucoup l'esprit, on y reviendra mais en attendant: vive les poètes paysans!

mardi 12 septembre 2017

Vie de famille


photos Alain Laboile

J'ai un faible comme on dit pour ce photographe – il est aussi sculpteur – qui a choisi sa vie de famille pour sujet principal (avec pas moins de six enfants dans la baraque). Revu il y a peu sur le fourmillant blog Ici et maintenant je tenais moi aussi à poster mon petit clin d'œil. Difficile de choisir parmi des centaines de photos généreuses, mais si on accroche il en traîne des tas sur le net, entre autre ici.

jeudi 7 septembre 2017

Petit duc


photo L.D

Croisé sur une foire, baptisé du nom de Rambo – ça ne s'invente pas...
Photographiquement, un chouette cadeau.

samedi 2 septembre 2017

Que du bonheur (ou presque)




Peu friand d'anthologies, je dois pourtant m'incliner devant celle-ci. D'abord parce qu'elle fut concoctée par Bernard Lorraine (en 1986), poète aujourd'hui trop méconnu à mon sens – ses mots marchent le plus souvent à dix pas au devant de son nombril. Ensuite parce qu'on y lit des poètes aussi divers que Virgile, Hermann Hesse, Vinicius de Moraes, L.S. Senghor, Michaux, Guillevic... ainsi que nombre d'auteurs qui m'étaient jusqu'alors inconnus.

Seul reproche, les femmes y sont peu nombreuses, six au total sur cent vingt et je renvoie les habitués de la revue Décharge au dossier monté par Muriel Camac sur le sujet.

Voici un poème parmi les plus simples et les plus efficaces du livre:


La guerre, mes chers enfants...

La guerre, mes chers enfants, c'est si bête
qu'on m'a enterré à la sauvette...

Sur ma tombe
il y a tout de même
une croix de bois.
Sur cette croix de bois,
un casque de guingois.
A l'intérieur, un limaçon
lisse un cheveu blond sans façon.

La guerre, mes chers enfants, c'est si bête
qu'on m'a enterré à la sauvette...

Si bien que
ce casque de guingois
sur cette croix de bois
et ce cheveu blond
ne sont pas à moi !...

Marjan (1962)

jeudi 31 août 2017

HLUM *


photo L.D 2017

* Habitation à Loyer Ultra Modéré