mardi 21 novembre 2017

Images de l'image

      Séquence collages au féminin (mais parité chez les auteurs).


Joe Webb


Eugenia Loli

samedi 18 novembre 2017

Retour à l'humain

   
   Les journaux parlent de tout, sauf du journalier. Les journaux m'ennuient, ils ne m'apprennent rien; ce qu'ils racontent ne me concerne pas, ne m'interroge pas et ne répond pas d'avantage aux questions que je pose ou que je voudrais poser.
   Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est-il? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l'évident, le commun, l'ordinaire, l'infra-ordinaire, le bruit de fond, l'habituel, comment en rendre compte, comment l'interroger, comment le décrire? [...]
   Ce qu'il s'agit d'interroger, c'est la brique, le béton, le verre, nos manières de table, nos ustensiles, nos outils, nos emplois du temps, nos rythmes. Interroger ce qui semble avoir cessé de nous étonner. Nous vivons, certes, nous respirons, certes; nous marchons, nous ouvrons des portes, nous descendons des escaliers, nous nous asseyons à une table pour manger, nous nous couchons dans un lit pour dormir. Comment? Où? Quand? Pourquoi?

Georges Perec, extrait de L'infra-ordinaire


photo Léa Sabourin

samedi 4 novembre 2017

La bouée

Une fois encore voici un peu d'entrain pour la vaisselle à la main. La basse ici est assurée par un sousaphone, sorte de bouée de cuivre pour musiciens naufragés (et il doit en falloir dans le poumon pour faire sonner ça). Mettez à donf mais ne cassez rien dans le bac.





Kirk Joseph

mercredi 1 novembre 2017

Demandez le programme


photo L.D - A40

Sortir du tunnel pour enfin déboucher sur un monde meilleur, plein d'une nature préservée, de tolérance, de conversations constructives... 

lundi 30 octobre 2017

L'inanimé


Il est minuit, la ville dort, je me mets à entendre le silence.

Je ne suis pas mystique, je n'entends pas des voix et ne fais pas du pathos avec les petits oiseaux cuicuicui, j'ai simplement eu ce soir-là l'expérience concrète, difficile à traduire en mots, de mon lien avec ce que l'on appelle l'inanimé, le végétal. J'ai compris là, dans la solitude de cette nuit, que s'il existait une "âme", les arbres et nous avions rigoureusement la même.

Je crois que je suis seule, mais un bruit léger me frappe les oreilles, un bruissement, comme une parole: en face de moi, un grand arbre balance doucement ses jeunes feuilles dans l'air de la nuit. Il a trois branches principales qui se rapprochent, s'éloignent, se groupent par 2, puis par 3, se cognent légèrement, oscillent avec une amplitude limitée en bas, majestueuse en haut.

Les feuilles sont animées de leur propre mouvement à l'intérieur du balancement général, leurs faces mates et brillantes s'allument et s'teignent alternativement. Je regarde l'arbre entier, son agitation calme, sa réactivité immédiate à la moindre caresse de l'air et j'oublie tout.

Le taxi, l'hôtel, les soucis, le scénario, les anticipations négatives et positives n'existent plus, un calme incroyable s'empare de moi, tout se détend, je ne suis qu'ici et maintenant plongée dans le mouvement de cet arbre, délice.

Je ne sais pas combien de temps a duré le dialogue avec l'arbre, mais j'ai eu le sentiment de communiquer avec lui et qu'il était un être en vie qui m'envoyait sous forme de vibration une information que j'avais reçue.
Coline Serreau, La Belle Verte, Actes Sud


photo L.D

samedi 28 octobre 2017

Petit...


           Mèches longues

           Je suis un nain
           mon cœur est celui d'un nain
           le soleil est immense
           immenses les métropoles

           Mes rêves aussi sont ceux d'un nain
           les grues des ports m'applaudissent
           elles n'ont jamais rien vu d'aussi petit

           J'aspire à n'être qu'un regard
           une main parfois
           j'ai la grandeur des chiens errants
           des toits de caravane

           Mes poèmes sont des mèches longues
           je craque une allumette
          il n'y a rien au bout

(paru dans Traction-brabant)

Les nains aussi ont commencé petits - film de Werner Herzog