lundi 15 juillet 2019

Pour une vie naturelle


Je n'aime pas particulièrement le mot "travail". Les êtres humains sont les seuls animaux qui ont à travailler, je pense que c'est la chose la plus ridicule au monde. Les autres animaux gagnent leur vie en vivant, mais les gens travaillent comme des fous, pensant qu'ils doivent le faire pour rester en vie. Plus le travail est important, plus le défi est grand, plus ils pensent que ce travail est formidable. Il serait bon d'abandonner cette manière de penser et de mener une vie facile et confortable avec beaucoup de temps libre. Je pense que la manière dont vivent les animaux sous les tropiques, sortir le matin et le soir pour voir s'il y a quelque chose à manger, faire une longue sieste l'après-midi, doit être une vie formidable.
Une vie d'une telle simplicité serait possible si l'on travaillait pour produire directement le nécessaire quotidien. Dans une telle vie, travailler n'est pas travailler au sens habituel du mot, mais simplement faire ce qui doit être fait.
Masanobu Fukuoka, La révolution d'un seul brin de paille



* En conséquence de quoi Fukuoka a beaucoup travaillé et avec plaisir dans sa vie.


jeudi 11 juillet 2019

Et le blues se fit touareg




L'imbécile se demandera où, dans ce désert, les musiciens ont-ils bien pu brancher leurs guitares électriques... L'ironique lui répondra que ce n'était pas le soleil qui manquait... 


mercredi 10 juillet 2019

Les livres pauvres


Comme une suite au billet précédent. Voici les deux dernières pages du poème illustré (qu'on peut agrandir d'un clic).

feuilles de pétrole...?


J'aime bien cette idée du livre à exemplaire unique, artisanal, libre de toute contrainte. Il n'existe pour ainsi dire pas, sauf à le lire en côtoyant l'auteur (ne débarquez quand même pas à dix sans prévenir).

On peut tout à fait l'oublier, puis remettre un jour la main dessus, trouver ça quand même vachement bien, et s'octroyer vaillamment la définition du mot amateur, la vraie: celui qui aime.

dimanche 7 juillet 2019

Une vie

      Un poème et son livre pauvre (exemplaire unique)


En amont

tout était préface
voyage
lignes de vie

Une montagne de temps

Ce n'est que bien plus tard
que j'ai compris

les plaines électriques
nous deux la danse
l'ordre social en expansion

l'enfer des hommes et la beauté
d'une fleur de lin


16 pages - encre et collages, impression sur calque, aquarelle

jeudi 4 juillet 2019

Le pied




De la science, de l'humour, de la poésie et beaucoup d'intelligence face aux œillères et à la suffisance de l'homme moderne. Le livre, en édition poche, pèse 189 grammes...
* Francis Hallé, botaniste, est le guide inspiré et la voix du film Il était une forêt de Luc Jacquet. 
** Je lis ça avec 20 ans de retard (aucune excuse, mec) en prenant mon pied (de plante).

Petit extrait vers le début:

La femme est volontiers séduite par l'esthétique des plantes, par la paix qui émane d'elles, par leur parfum, par leur utilité comme aliment, comme épice ou comme médicament. L'homme, c'est clair, préfère l'animal, surtout s'il est sauvage. Faut-il y voir une sorte d'atavisme? L'animal évoquerait la chasse, domaine masculin, sinon machiste, alors que la plante, ce serait plutôt la terre, la nourriture, la fécondité, domaine où la femme serait plus à son aise.

* Je pense qu'on est pas mal aussi, donc, chez les garçons, à avoir un chouette côté féminin...
** Une courte vidéo ici

mardi 2 juillet 2019

Les jeux les plus simples etc


Monsieur et Madame Patate
photos L.D

* À remarquer qu'on ne dit jamais "Madame et Monsieur", la préséance ayant depuis longtemps marqué les habitudes de son sceau (et l'occasion ici d'écrire une belle phrase).

mercredi 26 juin 2019

Ecologie profonde




Nous devrions apprendre non seulement à respecter la manière de vivre de celles et ceux qui "ne sont rien devenu(e)s", au sens où l'on entend cette expression dans nos sociétés, mais encore à leur témoigner de la gratitude et même de l'admiration. Car c'est véritablement "devenir quelqu'un" que de le devenir sur le plan humain [...] Ce qui signifie: déployer notre humanité dans le sens le plus profond du terme, ce qui suppose d'atteindre une maturité dans notre vie affective.
Arne Naess, Une écosophie pour la vie




* Pour qui ignore tout de la deep ecology, une présentation succincte sur France culture en 2017, le podcast est ici.

lundi 24 juin 2019

Scènes

         Séquence collages pour (bien) démarrer l'été.


David Delruelle

Sammy Slabbinck