vendredi 25 novembre 2016

Reproduction (ou presque)


Vénus
d'après Botticelli

C'est l'un des tous premiers tableaux à avoir attiré mon œil d'enfant (la nudité peut-être). Voilà pourquoi la coquille saint-Jacques est moins pour moi le symbole de Compostelle que celui de cette Vénus sauvée des eaux, qui se les gèle en attendant et à qui on aimerait porter secours. Si l'art depuis le quattrocento a pris des voies nouvelles, la femme, elle, n'a pas changé.


* Il y a dans le dessin deux clins d'œil à Bruegel, le poisson et la grenouille.

4 commentaires:

  1. Calimero aussi s'est livré à l'exercice, en mettant la coquille dans l'autre sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Giorgio Vasari s'est contenté de l'aplatir. Quant à Nicolas Poussin...

      Supprimer
  2. Merci d'être Vénus...

    Une corde de plus à ton arc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon arc ces temps est tellement détendu qu'il pourrait servir de canne à pêche!

      Supprimer