mercredi 29 juin 2016

Grécité


         MATIN CLAIR

         C'est la musique matinale
         d'un autre homme c'est l'île au sable
         aux mille chemins de terre fanée
         à la pierre à l'odeur d'âne

         Chevilles souples le regard
         loin des mains dos à la mer
         ivre de soleil
         d'embruns de poésie
         tu danses le sirtaki

         À ceci près que toi tu es
         encore en pyjama
         que c'est dimanche et que Kronos
         t'assène un coup de gouvernail
         dans le tibia

         (L.D)

En illustration, et plutôt que la musique de Zorba archi connue voici une belle chanson de Maria Farantoúri:



* Ce poème (autobiographique!) me donne aussi à penser à Mikis Theodorakis qui a croisé ma vie d'adolescent de 15 ans (le pourquoi du comment nous mènerait trop loin.) C'était l'époque du Canto general.
** Le titre du billet vient de Yannis Ritsos of course.

2 commentaires:

  1. Les "déménagements" finiront-ils par trouver asile ?
    Je l'espère fort...

    RépondreSupprimer