mardi 8 décembre 2015

Géo Norge (2)


          Pour finir

          Le savez-vous, chez ce peuple d'oiseaux,
          La mode fut qu'on se coupât les ailes;
          Pourquoi de l'aile, on ne volait plus guère,
          On mangeait trop et l'on marchait si peu
          Que pour finir, on se coupa les pattes.
          Quant à chanter, le fait devint si rare
          Que pour finir, on se coupa la gorge.


Certains, tout de même, tentèrent de résister...

4 commentaires:

  1. Folon est un formidable faiseur d'image. Norge aussi, dans le genre poète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trouver à les associer dans un même billet m'a procuré un troisième plaisir...

      Supprimer
  2. La poésie de Norge est parfois cruelle (et très "noire")...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La culture est en train de sombrer. Ce choix de poème hélas n'est que trop d'actualité.

      Supprimer