dimanche 13 septembre 2015

À Nessi


Le monstre du Lock Ness n'était qu'une grosse supercherie. Il s'agirait d'un éléphant de cirque ayant nagé un peu trop loin; devant les clichés on avait gambergé, puis offert en guise de publicité une forte récompense pour la capture du monstre présumé. Au fil du temps et des versions* le mythe perdit toute crédibilité.
Mais les rêves ont la vie dure: la réalité affleure et on continue malgré tout d'affluer des quatre coins du monde pour tenter d'apercevoir Nessi. Ou pour le moins d'agiter une main dans l'eau du lac, un geste courageux peu après récompensé par un verre bien tassé dans le pub le plus proche.
Oui les rêves ont la vie dure. Et même si l'on prend les utopies pour de simples lunes, je persiste à vouloir croire que dans cent ans les choses auront changé, que l'homme aura enfin trouvé le chemin pacifié de son merveilleux possible. Et à croire avant toute chose que les poètes retrouveront la voie (la voix) qui les mènera aux non-poètes.

La photo officielle (1934)

* Une autre explication met en scène un soi-disant sous-marin déguisé, ce qui pour les experts es-Nessi relèvent tout simplement du nouveau canular.

2 commentaires:

  1. Tintin et Milou sont mille fois plus connus qu'Hergé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ( Un foyer sans Tintins est peut-être encore plus rare qu'un foyer sans télé )

      Supprimer