mardi 21 juillet 2015

Tristan Corbière


          SONNET À SIR BOB

                       Chien de femme légère, braque anglais pur sang.

          Beau chien, quand je te vois caresser ta maîtresse,
          je grogne malgré moi – pourquoi? – Tu n'en sais rien...
          – Ah, c'est que moi – vois-tu – jamais je ne caresse,
          Je n'ai pas de maîtresse, et... ne suis pas beau chien.

          – Bob! Bob! – Oh! le fier nom à hurler d'allégresse!...
          Si je m'appelais Bob... Elle dit Bob si bien!...
          Mais moi je ne suis pas pur sang. – Par maladresse,
          On m'a fait braque aussi... mâtiné de chrétien.

          – Ô Bob! nous changerons, à la métempsycose:
          Prends mon sonnet, moi ta sonnette à faveur rose;
          Toi ma peau, moi ton poil – avec puces ou non...

          Et je serai sir Bob – Son seul amour fidèle!
          Je mordrai les roquets, elle me mordrait, Elle!...
          Et j'aurai le collier portant Son petit nom.



Pour plus de connivence avec le mot braque on consultera Bob (le dico d'argot).

8 commentaires:

  1. le chien a t il su la veine qu'il eût ? et les chiens contemporains ont il lu Tristan ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'empêche que: "L'amour physique est sans issue." Gainsbourg
      (Merci Thierry pour ta visite)

      Supprimer
  2. Corbière est un écorché, dans sa vie comme dans son oeuvre...

    Ce collage, très réussi, me fait penser à ceux de Prévert...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecorché... En le lisant, j'ai repéré le fameux "cri d'os" si cher à Jacques Simonomis (À une demoiselle)

      Supprimer
  3. "Chapeau, ce Bob !..." (Paul Ricard)

    RépondreSupprimer