dimanche 3 mai 2015

Simonomis


              Ils m'ont vu danser
              avec la morte sur les épaules

              Pour qui es-tu
              hurlent les militants

              Mais l'air de mai    le muguet fragile

              Je vote pour tes yeux verts
              l'écologie de notre amour ne nuit à personne

              Ayez pitié des cicatrices
              des vieux enfants délavés par les deuils

              Laissez-moi chanter l'édelweiss l'étoile de mer
              les berceuses entendues hier

              La route va vers la falaise
              nos poussières s'attardent
              avec les abeilles

              (Jacques Simonomis, Claudication du monde)


Microscopique hommage à Simonomis, par ailleurs d'actualité sur le site de Décharge (ceci explique cela). Il va sans dire que le bonhomme est dans mes petits carnets...


 Karel Teige

6 commentaires:

  1. Je ne sais, dans ta mise en page, si il y a là, un poème ou une suite de (très) courts poèmes. Chacune de ces strophes ouvre un espace imaginaire sans limites.
    Claude Vercey écrit justement, dans son hommage, que Jacques Simonomis est un "poète plus complexe qu’il ne paraît".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les parties ne sont pas encore regroupées sous une idée générale... Ça c'est le boulot du lecteur!

      Supprimer
  2. Simonomis aurait aimé vivre à Laval...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu penses bien que j'ai cherché, et trouvé Lamont en belgique

      Supprimer