dimanche 10 mai 2015

Art postal


Jean-Michel Folon

On ne saura jamais si c'est volontairement ou non que le préposé au tampon lui a mis les larmes aux yeux. Sans parler du grain de beauté sur la joue...

4 commentaires:

  1. Magnifique pièce... à conviction !

    Heureux temps où l'on pouvait connaître le lieu de départ de la lettre et où c'était un(e) humain(e) (et non une machine !) qui donnait le coup de tampon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ma nostalgie ne fait de tord à personne." ( L.D )

      Supprimer
  2. Le préposé au tampon est un poète, pourquoi en douter ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les facteurs se valent, comme on dit à Hauterives ...

      Supprimer