mercredi 17 décembre 2014

Pensées (en hectopascals) - suite



Photo L.D


Par un après-midi d'été indien, j'ai vu des enfants jouer aux cowboys.
.
Les piles dans la radio, placées tête-bêche, me laissent + ou - moins rêveur.
.
Thomas Edison et Gutenberg n'ont pas fait qu'inventer l'imprimerie et le phonographe, ils ont aussi donné raison à la solitude.
.
Un verbe à l'infinitif n'appartient à personne.
.
Le cinéma muet savait se faire comprendre, et les sourds applaudissaient.
.
Richesse du langage: braise, auber, artiche, grisbi, flouze, oseille, radis, pépettes, aspine...
.
Quand un ami vient à mourir, faites comme s'il n'était plus là.


Nota: L'hectopascal équivaut à un millibar, c'est-à-dire pas grand chose.

6 commentaires:

  1. En écho à l'une de tes pensées, cet aphorisme de Jean Zéboulon :
    « Le banquier parcourait d'un œil déçu "L'Origine des espèces" de Charles Darwin.»

    RépondreSupprimer
  2. la pensée est impesable, ni imposable ni réduite au pascal, bref on prend la clef des chants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ça va swinguer dans les boîtes crâniennes...

      Supprimer
  3. Ouais ! voilà des "pensées" que je comprends !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en mets quand même une vachement plus dur à comprendre:
      Qui mange du chien, chiwawa.

      Supprimer