mercredi 10 décembre 2014

Panier d'osier



Le sieur Lesieur demande aux abonnés de faire un peu la promotion de sa revue, et ce, selon les moyens de chacun. Alors la voilà ici toute fraîche en son numéro 60, avec son lot de 45 poètes et son prix à l'unité (3 euros) imbattable.
Comme en Po, c'est un marché couvert où l'on sait trouver de tout. On s'y balade son panier sous le bras, on soupèse, on tâte, on choisit; il y en a pour tous les goûts et l'on y découvre assez souvent des saveurs nouvelles.
Comme en Po n'est pas une revue que l'on qualifierait de techniquement parfaite; mais elle confirme l'idée chère aux consommateurs de conserves, qui stipule que le contenu est plus important que la boîte.
J'ai toujours plaisir à en être. Comme chaque fois chez la bouteille d'huile, ici c'est avec une certaine légèreté – on ne lit quand même pas Mallarmé chaque jour que Dieu fait.
Pour finir, et saluant ainsi la bonne conscience des artisans bouchers, je vous mets un os à moelle, pour le chien...



Pensées (en hectopascals) - une suite (Bonus à Comme en poésie n°60)


La vie dit-on est un jardin, on n'y récolte que ce que l'on sème. Dans le mien, il y a toujours eu des mulots.
.
Sans costume ni cravate, on a la classe ouvrière.
.
Tous les livres du monde ne traiteront jamais que de ces cinq sujets: l'amour, la mort, Dieu, la tarte aux pommes et les emmerdes.
.
En Amérique, les indiens roulent toujours sur la réserve.
.
Et puis celle-ci, déjà postée il y a peu mais que j'aime tellement:
Le seul trait commun entre Adolf Hitler et Charlie Chaplin, c'était la moustache.

4 commentaires:

  1. Nous avons les mêmes lectures...
    J'allais justement te féliciter de mettre Saint-Fuligule à l'honneur !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, dans la liste des condamnés on oublie trop les petits, les humbles, comme ce canard.
      Dernières nouvelles: le petit diable de Tasmanie rejoint l'enfer...

      Supprimer
  2. "Nous avons les mêmes lectures..."
    Personnellement, je n'aurais pas mis Saint-Cercopithèque à l'honneur, parce que la dernière fois que je l'ai appelé, il n'est pas venu.

    RépondreSupprimer