jeudi 2 octobre 2014

Un maître en la matière (sombre)




Inscrire son ombre dans un environnement parlant, c'est là une grande leçon (posthume) que nous offre Vivian Mayer. Une posture où le sujet de l'image s'en trouve triplé: le lieu d'abord (et sa lumière), l'ombre elle-même, et enfin le rapport de l'ombre avec le lieu.

Il est sans doute inutile de présenter cette photographe devenue en peu d'années un phénomène interplanétaire. Rappelons seulement le lien vers le site qui lui est consacré, et dont ces trois images sont extraites.




Photos Vivian Maier

12 commentaires:

  1. Encore un paradoxe, "poétique" à souhait : l'ombre, aussi légère et immatérielle soit-elle, peut avoir du poids....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand j'ai vu ces images pour la première fois, j'ai pris une grande claque poétique.

      Supprimer
  2. On vient de m'offrir un livre de ses photos pour mes 50 ans. Ne serais-je que l'ombre de moi-même ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors bon anniversaire Henri.
      ( Notre ombre, elle, ne vieillit pas, c'est cool )

      Supprimer
  3. Une femme qui ne se prend pas la tête. Enfin si, parfois. Beaucoup d'humanité et de discrétion ! J'aimerai bien une expo dans ma région.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas trop aimé le documentaire que son découvreur a tourné sur elle, mais on y apprend tout de même des choses. En tout cas, c'était un sacrément bel œil.

      Supprimer
  4. "Et toi qui me suis en rampant
    Dieu de mes dieux morts en automne
    Tu mesures combien d'empans
    J'ai droit que la terre me donne
    Ô mon ombre ô mon vieux serpent
    Au soleil parce que tu l'aimes
    Je t'ai menée souviens t'en bien
    Ténébreuse épouse que j'aime
    Tu es à moi en n' étant rien
    Ô mon ombre en deuil de moi-même"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On lui doit d'avoir viré la ponctuation. L'ombre, il n'a pas pu ...

      Supprimer
  5. Réponses
    1. En tout cas bien plus réelle que les dents de la mer (Jaws 2)

      Supprimer
  6. Vivian Mayer: je ne l'ai découverte que la semaine dernière, au détour d'un article. C'est bien d'y revenir ce matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout n'est pas reluisant dans ce business, mais bon, l'artiste est enfin là.

      Supprimer