samedi 20 septembre 2014

Michaux

   

                                 EMPORTEZ-MOI

         
            Emportez-moi dans une caravelle,
            Dans une vieille et douce caravelle,
            Dans l'étrave, ou si l'on veut, dans l'écume,
            Et perdez-moi, au loin, au loin.

            Dans l'attelage d'un autre âge.
            Dans le velours trompeur de la neige.
            Dans l'haleine de quelques chiens réunis.
            Dans la troupe exténuée des feuilles mortes.

            Emportez-moi sans me briser, dans les baisers,
            Dans les poitrines qui se soulèvent et respirent,
            Sur les tapis des paumes et leur sourire,
            Dans les corridors des os longs, et des articulations.

            Emportez-moi, ou plutôt enfouissez-moi.

                                          
                   Henri Michaux, Mes propriétés




Autoportrait en poète qui disparait


* Que faire quand on a totalement disparu...? On peut encore regarder la colline humide briller sous les feux du couchant, et lâcher un "Putain, c'est beau" que seul Dieu entendra.


8 commentaires:

  1. Sourions gentiment et consultons plutôt la rubrique : à paraître prochainement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La poésie vit en amont des livres ...

      Supprimer
  2. Et c'est pour ça que l'on trouve
    Dans ce grand champs ...
    Une paire de lunettes
    et une chemise à carreaux
    Au milieu des bleuets

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur la porte de Kenneth White il y a un écriteau:
      "Le poète est dans la nature"

      Supprimer
  3. le cas Ravel est intéressant l'hâte l'âge n'attend pas, et le poète dit :
    "parais" à dieu ou à qui il veut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignore si Michaux parlait des bateaux de C. Colomb ou des voiliers école (tu sais, les gros trucs en bois pour 6 personnes)

      Supprimer
  4. Tant que tu ne vois pas ton ombre sur une biscotte, il y a de l'espoir.
    (référence à l'Ignobel, promotion 2O14)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé, mais c'est le poète qui va disparaître, pas le bonhomme !

      ps: 'respectent rien ces ignobles de l'ig nobel

      Supprimer