mardi 9 septembre 2014

Fond d'œil



Shoji Ueda - 1949


Cette photo a été prise quatre ans après le drame d'Hiroshima. Il y a la mer au loin; on suppose que le vent caressait les visages. Une fille sur un porte-bagage est un événement techniquement moins évolué qu'une bombe atomique. Je me souviens avoir fait ça une fois ou deux, et en avoir éprouvé un réel plaisir. Je me souviens aussi avoir aimé Pays de neige de Yasunari Kawabata.
Il est évident que le moteur à hydrogène est bien plus écolo et démocratique que le moteur électrique. Mais le monde de la finance écrase les évidences comme on écrase les hérissons.
Si nous étions, un beau jour, libérés de toutes nos inquiétudes, aurions-nous encore quelque chose à dire? Le mot joie serait-il encore de la conversation, puisqu'il ne trancherait sur rien de sombre? Question de contraste.

8 commentaires:

  1. c'est dialectique, mais il est des inquiétudes dont on pourrait se passer, ce qui libéreraient l'esprit pour se consacrer à des sujets plus beaux , essentiels ?

    RépondreSupprimer
  2. Se libérer de ses inquiétudes pour devenir un peu plus humain -> M'étonnerait qu'on n'ait plus rien à dire. Faut essayer pour voir !

    RépondreSupprimer
  3. Cette façon de porter le filet rivalise avec le Botticelli*....

    * Non, ce n'est pas un sprinter italien !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En parlant des détails... vise un peu le devant du pantalon.

      (– Et mon futal, c'est du Cézanne?!...)

      Supprimer
  4. Vélo-taxi pour la petite marchande d'uranium.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle irradie donc à ce point de bonheur ?...

      Supprimer