samedi 30 août 2014

Homère


           Il est une île nommée Syra, tu la connais peut-être,
           au dessus d'Ortygie, où tourne le soleil,
           peu peuplée, c'est pourtant une terre assez bonne
           pour les bœufs, les moutons, le vin et le froment.
           Le peuple ignore la famine, aucune autre odieuse
           maladie ne s'y attaque aux malheureux mortels;
           quand les générations dans les villes vieillissent,
           Apollon, dieu à l'arc d'argent, et Artémis
           viennent de leurs plus douces flèches les frapper.

                                Homère, L'Odyssée – extrait du chant XV
                                     Traduction de Ph. Jaccottet



Florence, Ponte Vecchio - Photo L.D

10 commentaires:

  1. Cette traduction de Philippe Jaccottet m'a l'air très fluide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme la mer omniprésente... (que du bonheur)

      Supprimer
  2. La traduction de Jaccottet, la meilleure que je connaisse!

    RépondreSupprimer
  3. C'est une incitation à sortir le vélo pour aller découvrir les Cyclades...

    RépondreSupprimer
  4. l'âge d'or dort encore dans nos rêves, Ho mère de toutes nos utopies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et encore une belle chanson du vieux Léo: Nous aurons du pain / doré comme les filles / sous les soleils d'or ...

      Supprimer
  5. ♫ Ho Syra Quand tu voudras île te voudra ♫

    RépondreSupprimer