mercredi 2 juillet 2014

Mathématique du bonheur



       Leur amour était un diamant
       – ignoré des diamantaires
       et comme tel il était fidèle
       à la relation d'Euler
       f – a + s égal à deux
       f étant ici le nombre de
       leurs frugales face-à-faces
       a celui de leurs arpions
       et s le nombre des sommets atteints

       Oui leur amour était diamant
       brûlant de sollicitude
       et la racine carrée de deux
       nettement supérieure à un
                                                 
                                                à Tristan et Iseut, aux années de lycée


12 commentaires:

  1. triste an et hisse eux, un amour contrarié et des amours qui élèvent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne gravons pas nos noms au bas d'un parchemin...

      Supprimer
  2. La racine carrée de 2 reste plus proche de 1 que de 2. Faut-il s'en réjouir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne chipotons pas, on tire toujours bénéfice de l'amour...

      Supprimer
  3. Incommensurable amour
    qui brille quelque part
    "Terre, terre, voici ses rades inconnues"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils n'ont pourtant pas vécu en Aragon...

      Supprimer
  4. L'amour... ça se joue dans tous les tons et tous les modes.

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. C'est parce que mon chandail est troué !

      Supprimer
  6. des mathématiques comme ça, on en redemande !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que ce roman me faisait plus rêver que les maths.

      Supprimer