mardi 8 juillet 2014

JC Touzeil


                                 Au cimetière de Tréboul, sur la tombe de Georges Perros,
                                 des œillets de poète – et c'est bien le moins –, un farouche
                                 parfum de femme autour, deux petits galets gris encore
                                 embués des larmes de la mer et, depuis peu, – insolence
                                 fragile des amis inconnus –, la tache rouge d'un coquelicot,
                                 comme un papier collé.

                                             (J.C. Touzeil, Dans la région du cœur, 1993)


Cie Turak, Exposition archéologique de Turakie.
Lampe de bureau?


Gageons que lorsqu'il écrit ses ludiques "Est-ce que", le poète Jean-Claude Touzeil travaille sous une lampe ressemblant peu ou prou à ce genre de choses. Mais qu'il en possède une autre, plus simple, sans fantaisie, pour écrire des poèmes tel que celui-là.


Blog Biloba, éditions Donner à voir

8 commentaires:

  1. On dirait que la Turakie a enfin trouvé une nouvelle énergie cinétique.
    Energie qui marche à quatre fourchettes.
    Il fallait le fer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A lire aussi sur le guide touristique de la Turakie, le fonctionnement de l'énergie"poulique"

      Supprimer
  2. Merci Laurent, pour ton "éclairage" sur le poème consacré à Perros...
    (Des amis habitant Douarnenez l'ont bien connu et ont fait avec lui d'interminables parties de "pinfoot" dans les troquets du port !...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi d'avoir 2 lampes (comme Tardieu, L'anselme et bien d'autres)

      Supprimer
  3. Très beau poème... issu d'un coeur fertile.

    RépondreSupprimer