jeudi 15 mai 2014

A l'ombre des lectures


photo L.D


Je venais d'achever la lecture de Pseudo, troisième opus d'Émile Ajar. Juste avant j'avais lu Corto Maltese, l'unique roman du sieur Hugo Pratt. Encore avant, j'avais lu W ou le souvenir d'enfance de Georges Perrec (oui je sais, j'ai beaucoup de retard en lectures indispensables).
Finalement, c'est le marin maltais qui semble avoir laissé le plus de traces. Si l'arbre n'est pas un palmier caraïbe mais un platane drômois (on se paye l'accessoire qu'on peut) la vareuse négligemment jetée sur l'épaule est, quant à elle, absolument authentique.


6 commentaires:

  1. Le diable s'habille en Pratt.

    RépondreSupprimer
  2. Tu peux te rendormir, il est en Corto !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un beau pays.
      (vous avez installé l'ordi dans la chambre?...)

      Supprimer
  3. l'ombre de Corto continue de s'étendre, même si il ne reste que l'ombre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et celle de Raspoutine n'est pas loin!

      Supprimer