mardi 15 avril 2014

Durcet, capitale de la douceur...


      29ème édition du Printemps de Durcet, 9ème édition du Chemin des poètes.




Plutôt qu'avec un clin d'œil à Paul Éluard, j'aurais nommé mon billet Quelque chose de Tennessee que ça n'aurait pas changé grand chose à ce que j'en ai rapporté dans ma musette, à savoir deux jours de joie et de chaleur humaine. À Durcet, qu'on se le dise, la poésie est moins dans les centaines de livres exposés au petit salon que dans les sourires, les rires collectifs et les gestes d'affection. Tout cela dans un mélange intergénérationnel des plus surprenants.
Ce chemin-là vous emmène vers un ailleurs où tout serait réalisable. Le violon y a un accent à vous ouvrir à une utopie contagieuse. Car à Durcet, la poésie n'est pas fleur bleue. Ou alors une fleur qui se donnerait en partage et pourrait bien soulever la montagne sur laquelle elle a poussé...

Cette année, les bornes 14 et 15 du chemin des poètes étaient dédiées à des enfants d'écoles maternelles. Remarquable travail de l'institrice Emmanuelle Brisset et du poète Patrick Joquel.

Photo L.D Avril 2014.
Pour plus de détail sur cette manifestation hors du commun, on se repportera à son dossier de presse.

8 commentaires:

  1. je te salue à contre temps. une infusion de Durcet n'étant pas suffisante pour me remettre en mesure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais, et je n'avais qu'une pauvre poignée de main à t'offrir. On se reverra sûrement.

      Supprimer
  2. Bonjour Laurent,

    Je découvre ton blog grâce au lien sur Biloba de Jean-Claude ce matin. C'est un vrai plaisir de retrouver ainsi l'ambiance chaleureuse de Durcet.
    Marie-Josée Christien
    http://mariejoseechristien.monsite-orange.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère y revenir, et qu'on s'y retrouvera...

      Supprimer
  3. Quel beau billet !
    Merci Laurent...

    RépondreSupprimer
  4. On n'a pas eu vraiment l'occasion de se parler (ou pas pris le temps... ). Mais, bon, ce n'est pas grave. Je suis quand même reparti de la Capitale de la poésie avec quelques "carottes fraîches" à déguster !

    RépondreSupprimer