dimanche 29 décembre 2013

L'interview


Wigwam Motel – Photographie de Stephen Shore


Suis-je nostalgique ?. . . . . . . . . . (Ça, c'est le temps de réflexion) Insatisfait plutôt, ce n'est pas tout à fait la même chose. L'homme aurait fort bien pu se voir heureux dans l'éclosion du progrès. Mais je l'avoue, j'ai un petit pincement de cœur en repensant aux indiens des plaines américaines. Avouez que la NASA, à côté, ce n'est pas grand chose.

La poésie est-elle pour moi un moyen de régler des comptes avec le monde ?. . . . . . . (Un ange passe). . . . . . . . (Lentement) . . . . . . . (Il est passé. Tant mieux, la question est oubliée.)

Si je crois en Dieu ? Sincèrement, je pense qu'on peut croître n'importe où, à condition d'aimer la vie, le soleil, et de ne rien devoir à personne. Si je croassais en Dieu, je me sentirais sans doute aussi perdu qu'une fleur de pissenlit dans le parc de Yellowstone. Mais après tout, peut-être ne sommes-nous que cela... (L'ange repasse; il arbore fièrement deux plumes d'aigle plantées dans sa longue et soyeuse chevelure.) 

Ah, je l'attendais celle-là! Non, l'autobiographie ce n'est pas ma tasse de thé. D'abord parce que ma vie privée ne regarde que moi. Et d'ailleurs, tous mes poèmes d'amour sont des faux. Ma colère contre le genre humain aussi est fausse. Les seuls de mes vers qui soient vraiment vrais sont ceux où je parle des oiseaux. On ne triche pas avec les oiseaux, ils sont tout ce qu'il y a de pur au monde.

(L'ange-indien revient armé d'une winchester. Il se met à tirer dans les projecteurs qui s'éteignent les uns après les autres. Moi, dans le noir:) Puisque vous insistez, je vais vous lire un petit poème d'amour apache. Comment? Il n'y a pas d'ampoules de rechange? Bon, tant pis, alors une autre fois peut-être... (On entend, lointain, le clairon du 20ème de cavalerie.)

8 commentaires:

  1. Derrière la saleté.
    S'étalant devant nous
    ...
    Au-delà de ces mains
    Ouvertes ou fermées
    Qui se tendent en vain
    Ou qui sont poings levés
    Plus loin que les frontières
    Qui sont de barbelés
    Plus loin que la misère
    Il nous faut regarder
    ...
    Grand Jacques, en 1955, dis-donc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand ça échange comme ça, Mille lieux vit vraiment ...

      Supprimer
    2. un travail qui avance, le progrès c'est trop connoté "économie", à moins que la poésie soit l'économie de moyens qui fait saisir la réalité sous un angle plus humain pour aller plus loin.

      Supprimer
  2. "(Un ange passe. ) .................. (Il est passé.)"
    J'aime ce passage ailé au milieu de la réflexion (laquelle est bien vue d'ailleurs) :-)

    Et le p'tit poème est fort plaisant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petit clin d'œil à Devos ( l'ange, pas le poème.)

      Supprimer
  3. Voilà une série de passage d'anges qui va faire du bruit dans le Landerneau des blogueurs !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "L'essentiel est inaudible pour les oreilles, on n'entend bien qu'avec le cœur."
      ( Le petit Grince )

      Supprimer