vendredi 31 mai 2013

Une faux qui chante juste




Qui aime Brassens depuis sa plus verte adolescence aura plaisir, tout comme moi, à découvrir ce livre et à la fin à le relire, etcétéra jusqu'à ce que mort s'en suive. Et pour qui l'a lu dès sa sortie (en 2011) et bien tant pis pour lui (ou L.)
Gageons que Blaise Guinin, l'auteur, connait son moustachu sur le bout des doigts, et qu'il réussit là, renouant avec le synthétisme, un vibrant hommage à son héros des taons modernes (c'est pas du style, ça?)

La Mort, c'est mon nom. Charmant, n'est-ce pas? On me colle aussi une multitude d'autres sobriquets, tous aussi ridicules les uns que les autres: la faucheuse, la Camarde... et j'en passe! [...]
En soi, je ne pense pas mal agir. J'ôte la vie sans distinction d'âge, de catégorie sociale... En somme, les hommes demeurent égaux devant moi [...]
Paris, 1947. 
Il s'appelait Georges et il allait mourir.

(Extrait du préambule)  BD parue chez 12 bis

10 commentaires:

  1. Ca m'évoque de nombreux contes où la Faucheuse est bernée, soit parce qu'elle s'attarde à manger des galettes et à boire (elle repart donc en titubant, ne sachant pourquoi elle est venue) soit parce qu'elle promet de réaliser un dernier voeux - qui ne soit pas le maintien de la vie, mais il y a des rusés.
    Une pensée pour l'autre Georges, naturellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce bouquin-là, c'est de la folie je te dis ! La mort y meurt !

      Supprimer
  2. "Le jour de la mort de Brassens, j’ai pleuré comme un môme. Je n’ai vraiment pas honte de le dire. Alors que – c’est curieux – mais le jour de la mort de Tino Rossi, j’ai repris deux fois des moules."
    [ Pierre Desproges ]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimais bien Tino, il n'avait pas inventé la poudre et n'a jamais été ministre.
      J'aimais aussi beaucoup Desproges, il avait mouillé la poudre et, chaque matin, il coulait un ministre.

      Supprimer
  3. la force de l’œuvre de Georges c'est qu'elle nous nourrit tout le long du chemin, si la "supplique" me parle plus en ce moment, jeune ce furent "les amoureux sur les bancs publics" par exemple, ceci dit il eût été heureux que la faucheuse se loupe le 29 octobre 1981.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens que ce jour-là, j'étais avec une fille qui s'appelait Colette.

      Supprimer
  4. Bon, on va noter ça quelque part et en parler au libraire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est rare que sur mille lieux je fasse l'article pour un livre. Si tu es déçu, envoye-moi le ticket de caisse !

      Supprimer