dimanche 5 mai 2013

Centon de Provence



                N'aguènt que si vingt ounglo
                E gardant sus lou pine
                Tóuti lì flour de si montagno
                La pichoto Escriveto
                A travès di campas
                A sis auriho, la fagoto
                Avié peujà dos agrito

                N'ayant que ses vingt ongles
                Et gardant sur le mont
                Toutes les fleurs de ses montagnes
                La petite Escrivette
                Parmi les champs incultes
                À ses oreilles, la coquette
                Avait pendu deux cerises.

                             ( avec des vers de Frédéric Mistral) 

6 commentaires:

  1. Ces cerises ont beaucoup de saveur en provençal...
    Allez, tu l'attends, c'est Mistral gagnant !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je je l'atendais pas, mais grand sourire !

      Supprimer
  2. le temps des cerises est intemporel et apatride, Eugène l'a bien chanté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et qui n'a pas fait ça dans son enfance...

      Supprimer
  3. Ah, je vois que la coquette en provençal se dit "la fagoto" !
    Ceci dit Escrivette a un geste touchant au milieu des champs incultes.

    RépondreSupprimer
  4. Les champs incultes nous menacent... Hardi! fézons de la pouésie !

    RépondreSupprimer