mardi 23 avril 2013

Avant et après


   J'ai un coq aux ailes pourpres, au cou d'or, à la queue noire.
   Dieu qu'il est beau! Et il m'amuse.
   J'ai une poule grise argentée, au plumage hérissé; elle gratte, elle picote, elle abîme mes fleurs. Ça ne fait rien, elle est drôle sans être bégueule: le coq lui fait signe des ailes et des pattes et aussitôt elle offre son croupion. Lentement, vigoureusement aussi, il monte dessus.
   Ah! c'est bientôt fait! Est-ce donc de la chance. Je ne sais.
   Les enfants rient: je ris. Mon dieu que c'est bête. Quelle disette, rien à boulotter. Si je mangeais le coq? et j'ai faim. Il serait trop dur. La poule alors? mais je ne m'amuserais plus à voir mon coq aux ailes pourpres, au cou d'or, à la queue noire, monter sur la poule; les enfants ne riraient plus. J'ai toujours faim! 
*

   Je suis le plus fort joueur de billard, dit-on, et je suis français. Les américains enragent et me proposent un match en Amérique. J'accepte. Des sommes énormes sont engagées.
   Je prends le bateau pour New-York, tempête affreuse; tous les passagers sont affolés. Je dîne parfaitement, je baille et je m'endors.
   Dans une grande salle luxueuse, luxe américain, la fameuse partie s'engage: mon partner joue le premier. 140 points! l'Amérique se réjouit.
   Je joue, toc-tic et toc, et toujours comme cela, lentement, également. L'Amérique se désespère. Soudain une fusillade bien nourrie assourdit la salle: mon cœur n'a pas sursauté, toujours lentement, également, les billes zigzaguent. Toc-tic et toc: deux cents, trois cents.
   L'Amérique est vaincue.
   Et toujours je baille, lentement, également, les billes zigzaguent. Toc-tic et tac.
   On dit que je suis heureux... peut-être.




Extraits choisis pour leur humour. Mais c'est souvent beaucoup plus amer; Gauguin était un libertaire.
Avant et après, éd. La table ronde, 1994
     
J'ai respecté les libertés prises par le texte avec les majuscules.

6 commentaires:

  1. Les écrits des peintres sont toujours surprenants.
    Quel style ! Les couleurs sont là aussi. Et les sons... Et cette pointe d'ironie vis-à-vis de lui-même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et je trouve qu'il y a un petit côté Brassens dans ce livre.
      (mais "ceci n'est pas un livre", dixit Gauguin)

      Supprimer
  2. ce qui est terrible c'est qu'on ne conserve que les toiles (monnayables) des peintres. en les coupant du reste : leur vie misérable, leurs peines et leurs joies. leurs écrits, leurs utopies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les tournesols (fond jaune) de Van Gogh se sont vendus chez Chritie's à 41 millions d'euros...
      Par PG on apprend que le même a vendu ses "crevettes roses" pour 5 françs (ça devait pas faire lourd) afin de payer sa chambre.

      Supprimer
  3. Je connais son oie, mais je ne connaissais pas son coq et sa poule. Les animaux nous offrent des spectacles toujours nouveaux, c'est un bonheur de les regarder.
    Avant et après ... Sa tentative de suicide ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. son livre ne parle pas de ça. Il est aux Marquises et il relate son rapport avec tous les hommes qu'il a connu dans sa vie. Ce titre est un peu mystérieux...

      Supprimer