lundi 1 octobre 2012

Le charbonnier


 Parmi les inédites de Robert Doisneau au festival de la Gacilly 2012

4 commentaires:

  1. Un festival de grande classe. (J'allais écrire de toute beauté !)
    J'ai été fasciné par le labyrinthe des portraits réalisés par l'agence Reuters : un par habitant de chacun des pays recensés par l'ONU.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le concept du festival en lui-même est profondément humain.

      Supprimer
  2. le regard, le noir et blanc, la sensibilité du photographe à saisir l'humaine vérité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sensibilité aussi pour accueillir l'image...

      Supprimer