samedi 23 juin 2012

Yannis Ritsos


de l'autre côté c'était le verger avec les bigaradiers & les
    filles mouchetées de taches de rousseur sur la gorge &
    sur la poitrine
le jardinier promenait son chapeau de paille tout jaune au
    milieu des tournesols
les clés tombaient par terre les oiseaux les emportaient dans
    leur bec
les maisons étaient toujours ouvertes
les arbres entraient & sortaient par les fenêtres
moi je coupais la chair de la pastèque j'étais en sueur elle
    était rouge


                                   Yannis Ritsos, Le chef-d'œuvre sans queue ni tête
                                    (traduction de Dominique Grandmont, 1979)


* Ce recueil est un long poème ininterrompu de 60 pages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire